Pourquoi mon fils va à la crèche alors que je ne travaille pas

Hier Bébé M a fait son entrée à la crèche. Nous avons eu la chance d’obtenir une place pour un accueil occasionnel, c’est à dire que Bébé M n’ira à la crèche que deux demi-journées par semaine, sur des jours fluctuants d’une semaine à l’autre et sur un créneau s’étendant seulement de 8 heures à 12 heures 30 (repas compris donc). Si une telle souplesse est possible c’est parce que je n’ai pas d’impératifs, mon fils ne sera pas gardé pour me laisser avoir une activité professionnelle puisque je ne travaille pas. Pourquoi le mettre à la crèche dans ce cas ? Je m’explique.

Pour nous deux – Nous aider à défusionner

Soyons bien d’accord, si je fais garder mon fils ce n’est pas parce que je n’ai pas envie de m’occuper de lui. Je ne vois pas la crèche comme un moyen de me délester de mes obligations parentales pour me la couler douce pendant le temps de garde, c’est d’ailleurs pour cela que nous avons choisi un accueil occasionnel, je souhaite garder le plus de temps de partage possible avec mon bouchon. Mais je pense aussi que ce temps passé séparément nous fera la plus grand bien. Nous sommes très fusionnels et Bébé M est un enfant très demandeur d’attention, et pour apprendre à vivre l’un sans l’autre des temps chacun pour soi sont nécessaires. Bébé M va ainsi apprendre à faire confiance à d’autres adultes, à aller chercher de l’aide ailleurs, à rentrer en contact avec d’autres enfants ; alors que de mon côté cette séparation progressive, sur un temps limité va m’apprendre à laisser mon fils s’envoler et acquérir de l’autonomie et m’aidera à avoir confiance en lui, en ses capacités et en d’autres personnes que mes proches pour bien s’occuper de lui.

Pour lui – Le sociabiliser

Si nous essayons de sortir tous les jours de la maison et si nous fréquentons différents lieux dans lesquels Bébé M est en contact avec d’autres enfants (lieu d’accueil parent-enfant, atelier bébés lecteurs, square …) je sais que ces échanges ne remplacent pas de vrais moments partagés avec des copains qui restent. Pour appréhender au mieux les relations sociales, savoir tisser des liens, régler des conflits, demander de l’aide, exprimer ses besoins et ses émotions un enfant a besoin de contacts sociaux, de préférence avec des enfants du même âge. C’est aussi essentiel pour les apprentissages lors des jeux de mimétisme, pour apprendre à coopérer, à partager. Et puis c’est aussi important pour construire son identité, affirmer ses choix et ses préférences, savoir se distinguer des autres et prendre conscience de soi-même.

Pour lui – Préparer l’entrée à l’école

Apprendre et respecter les règles de la collectivité est un des premiers apprentissages qui se fait à l’école maternelle. Pour prendre un peu d’avance (Bébé M ne fera sa rentrée à l’école qu’en Septembre 2019), la crèche va permettre à Bébé M de comprendre que ce qui est autorisé à la maison ne l’ai pas forcément à la crèche et vice-versa. Il va ainsi acquérir les premières règles de la collectivité et faire la distinction entre les règles qui régissent les différents endroits qu’il fréquente. Ce sera aussi l’occasion d’apprendre que tout le monde se conforme à ces règles de vie et que non, nous ne sommes pas casse-pieds particulièrement avec lui.

Vers la fin de l’année scolaire nous augmenterons progressivement la durée de garde à une journée entière dans la semaine. Cela nous permettra de tester si Bébé M est à l’aise pour faire la sieste au sein d’un groupe ou si nous devrons envisager de l’inscrire à l’école uniquement le matin.

Pour lui – Créer de nouveaux repères

Avoir un rythme de sommeil régit par une heure de réveil fixe, des horaires de repas plus strictes que ce que nous connaissons actuellement créera aussi de nouveaux repères à notre bouchon. Les copains qu’il pourra se faire à la crèche auront aussi de fortes de chances d’être également dans sa classe en maternelle, pouvant ainsi créer un cadre rassurant dans ce nouvel univers.

Pour lui – L’ouvrir à d’autres activités

Même si j’essaie de proposer un maximum d’activités et de sorties à Bébé M, il faut avouer que je n’ai pas non plus les moyens dont dispose une crèche. Nouveau matériel à disposition, séances de motricité et d’éveil musical, sorties encadrées, rencontres intergénérationnelles avec la maison de retraite seront autant d’opportunités d’éveiller la curiosité de notre bouchon et de l’ouvrir à d’autres univers. Les rencontres avec des enfants issus d’autres cultures et d’autres environnements seront aussi des moyens de l’ouvrir au monde et aux différences.

Pour lui – Favoriser son développement

Avec cette inscription en crèche, nous avons aussi l’espoir que le développement de notre fils en soi boosté. En effet nous avons l’impression que Bébé M est assez en retard sur le plan du langage, il s’exprime encore difficilement, n’associe que 2 à 3 mots maximum et prononce encore très mal (il a 28 mois). Nous espérons qu’être face à des interlocuteurs qui n’ont pas le “décodeur” l’incitera à faire des efforts pour s’exprimer et que les rencontres et les activités qu’il fera viendront enrichir son vocabulaire. D’autre part nous espérons que l’effet de groupe aura des conséquences positives sur les difficultés qu’il rencontre avec l’alimentation et que la présence d’enfants gourmands le réconciliera avec certains aliments ou au moins l’encouragera à goûter de nouvelles choses. Enfin les éléments et ateliers mis à disposition à la crèche (parcours de motricité, aire de jeux, ateliers de motricité fine, …) ne pourront être que bénéfiques pour son développement psychomoteur.

Pour moi – Recharger mon réservoir de patience

On dira tout ce qu’on voudra, et même si je l’aime plus que tout, avoir un jeune enfant c’est épuisant, surtout quand on le gère seul la plupart du temps (monsieur M travaille et ne compte pas ses heures de son côté). Comme j’ai choisi de laisser grandir mon fils dans une atmosphère bienveillante, sans cris, sans punitions, sans châtiments corporels, cela m’oblige à beaucoup prendre sur moi, car ce ne sont pas les moments où j’ai envie de hurler ou de le secouer qui manquent (shame on me). Pour refaire le plein de patience et de bienveillance, j’ai besoin de quelques heures par semaine sans entendre “mamaaaaaan ?” toutes les 5 secondes et demi.

Pour rappel Bébé M est un BABI (Bébé Aux Besoins Intenses), presque un EABI maintenant (Enfant aux Besoins Intenses), ce qui signifie qu’il a un énorme besoin d’attention, d’être rassuré, d’être encouragé. C’est un enfant hypersensible qui s’emporte vite, qui jette tout face à une difficulté, qui entre dans des crises de rage, de colère, de peur (et dans des excès de joie aussi heureusement) ce qui est épuisant. Si je veux tenir sur la durée et rester fidèle à mes principes éducatifs, des pauses s’avèrent nécessaires. La bienveillance commence par soi-même et le respect de ses propres besoins, ne l’oublions pas.

Pour moi – Me donner du temps pour moi et pour le reste

C’est la partie égoïste de ce choix d’inscrire Bébé M en crèche et cela rejoins le point précédent, ce temps de garde va me permettre de prendre du temps pour moi et pour gérer tout ce qui n’est pas directement lié à Bébé M, l’intendance par exemple. Je ne suis pas une adepte des salons de beauté mais la simple perspective de pouvoir faire les courses sans un enfant qui hurle pour avoir un bout de saucisson dans le rayon charcuterie (terrible two bonjour !) ou qui mange les 3/4 de la baguette de pain avant le passage en caisse me ravie ! J’imagine que ce temps sera utilisé au profit d’une maison mieux tenue, d’une paperasse mieux rangée et surement d’un blog mieux alimenté mais j’avoue aussi que si ces matinées sont consacrées de temps en temps à buller ou lire ça ne sera pas pour me déplaire.

Pour moi – Me laisser le temps de préparer ma reconversion

Et puis, parce que cette période sans travailler ne sera pas éternelle (je ne le souhaite de toutes façons pas), les heures de garde seront aussi consacrées à mon avenir professionnel. Réunions d’information, rendez-vous professionnels, formations à distance, toutes ces étapes se font sans un enfant à proximité pour plus de professionnalisme, alors pour retravailler on a souvent besoin de faire garder son enfant. Ça sera mon cas dans les semaines à venir, je vous en dis plus sur ce projet bientôt.

Je sais que ce choix n’est pas toujours bien perçu et je comprends bien pourquoi. Quand il est si difficile pour certains parents de trouver un mode de garde qui correspond à leurs attentes et à leurs besoins il peut sembler injuste que d’autres parents qui n’en ont pas autant besoin puisse obtenir une place en crèche. J’espère que ces quelques points auront permis de mieux comprendre pourquoi faire garder son enfant tout en ne travaillant pas n’est pas forcément une aberration.

6 réflexions sur “Pourquoi mon fils va à la crèche alors que je ne travaille pas

  1. Dinde De Toi dit :

    Avoue que pendant que ton fils est à la crèche tu te pomponnes en vue des essais bébé 2 du soir même 😂 !
    Je pense aussi mettre ma descendance à la garderie quelques après midi par semaine l’année prochaine (elle aura 2 ans), pour la sociabiliser mais aussi pour avancer un peu plus sérieusement dans mon travail.

    J'aime

  2. mamanluju dit :

    Je trouve ça pénible d’être obligée de se justifier dès qu’on laisse nos enfants ! Moi je travaille à temps partiel mais je fais quand même garder ma fille mon jour libre et on me regarde toujours de travers quand je dis ça. Donc je me sens obligée d’expliquer (non, je ne suis pas une mauvaise mère, non je ne passe pas ma journée à faire du shopping ou des massages, je profite de cette journée pour… travailler et préparer ma classe pour les autres jours ! Ce qui me libère du temps pour mes enfants les 3 autres jours où je ne travaille pas 😉 ) Et quand bien même, on a le droit d’avoir du temps pour soi !

    Toutes tes raisons me semblent bonnes d’ailleurs ! C’est important que ton fils voit autre chose, qu’il puisse commencer à tisser des liens avec d’autres enfants, découvrir la vie en collectivité, faire de nouvelles activités… Et comme tu le dis, on a aussi besoin de souffler de temps en temps, afin d’être plus disponible le reste du temps. J’ai hâte d’en savoir plus sur ce nouveau projet professionnel 😉

    En attendant, j’espère que ces quelques heures séparés l’un de l’autre vous seront profitables à tous les deux et que ton fils s’épanouira dans son nouvel environnement 🙂

    Belle journée !

    Laurène

    Aimé par 1 personne

    • happysunnybabies dit :

      J’ai un peu l’impression d’être une mère indigne en effet, mais après une semaine d’essais le bilan est très positif ! Bébé M voudrait passer sa vie à la crèche et s’y sent comme un poisson dans l’eau et pour ma part je trouve que ce temps sans lui passe très vite, signe que je ne m’ennuie pas ^^

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s