Il mange mal, comment je gère

20180827_1232471534581903.jpgLes repas de Bébé M sont compliqués, voir une véritable horreur depuis quelques mois, et ça ne va pas en s’arrangeant. Pourtant, plus petit, il était un bébé enthousiaste face à de nouvelles saveurs sans jamais être un grand gourmand non plus mais les repas se passaient bien. Depuis près d’un an maintenant nous faisons face à un petit garçon qui refuse obstinément de goûter de nouveaux plats et arrête même de manger ce qu’il adorait il y’a encore quelques semaines. Chaque mois la variété de son régime alimentaire diminue et, sans surprise, nous sommes réduits à jongler entre les féculents et les laitages pour qu’il mange quelque chose. Comme nous refusons de le forcer, ce qui ne ferait qu’empirer le problème selon nous, nous essayons différentes astuces pour que notre enfant mange enfin autre chose que des pâtes.

Faire des repas un bon moment

Même s’il refuse de manger, et même de goûter, nous tenons à ce que Bébé M soit à table avec nous. Le repas est un moment qui doit se partager, s’il ne veut pas du plat il reste avec nous le temps que nous mangeons en attendant la suite. Nous sommes attentifs à lui durant ce moment, nous “discutons” (Bébé M parle encore peu) et nous jouons avec lui. On ne se focalise pas non plus sur ce qu’il refuse : s’il ne veut pas de quelque chose tant pis, on ne force pas, il laisse et on n’en parle plus. C’est déjà assez frustrant pour nous, nous ne souhaitons pas faire une montagne de ses différents refus.

Le laisser manger à sa faim

Même s’il aime, nous ne l’incitons pas à finir son assiette et s’il adore et qu’il veut se resservir trois fois il peut aussi. Nous le laissons gérer sa faim et sa gourmandise sur le plat principal, après tout seul lui sait s’il a faim ou non, qui suis-je pour lui dire qu’il a trop ou pas assez mangé ? Par contre nous limitons un peu sur le fromage et les yaourts sinon il ne mangerait que ça. Même chose pour les heures des repas, s’il a faim plus tôt que d’habitude nous avançons le repas, si au moment de se mettre à table il n’est pas du tout intéressé (même par quelque chose qu’il aime) on attend parfois quelques minutes

Le laisser manger comme il le souhaite

A la cuillère, à la fourchette ou avec les doigts ? C’est comme il veut. Pour nous son manque de dextérité ne doit pas être un frein, s’il n’arrive pas à piquer ou à charger sa cuillère, sa petite pince à doigts fonctionne parfaitement. Il aura bien le temps plus tard de se soucier des conventions !

Le laisser apporter quelques petits jouets à table

Souvent il choisit une peluche à qui il donne quelques cuillerées, ce qui l’incite parfois à manger lui-même, pas toujours mais ça nous aide à certains moments. Il prend aussi des voitures qui fait passer d’un côté à l’autre de la table, ça lui permet sans doute de trouver le repas moins longs et ça l’occupe parfois assez pour qu’il nous laisse l’aider, sinon il refuse.

Le laisser jouer avec la nourriture

Je comprends que ça puisse choquer mais nous croyons qu’apprivoiser de nouvelles textures passe d’abord par le toucher et que pour ne pas avoir de réticence face à un aliment il faut le connaître, le sentir, le “tester”. Bien sûr il n’est pas question de jeter des petits pois à travers la salle à manger ni d’apprendre à faire une catapulte avec sa cuillère, mais le laisser patouiller, manipuler, écraser, déchiqueter la nourriture pour peut-être avoir envie de la gouter.

Ruser un peu…

Il faut bien l’avouer, nous dupons un peu notre bouchon parfois. Il faut dire que manger des féculents à tous les repas n’est pas forcément bon pour le transit alors parfois les légumes et les fruits deviennent nécessaires, qu’il le veuille ou non. Raviolis aux légumes, galettes de céréales pour apporter des fibres, compotes en gourde (plus ludique), purée en forme de bonhomme ou de volcan (personne n’y coupe n’est-ce pas ? ^^), nous utilisons ce genre de stratagème pour encourager notre fils à tester de nouveaux goûts et de nouvelles textures. Pour cela les produits végétariens nous aident bien puisque les simili-carnés camouflent habillement les légumes. Et pour augmenter ses apports nutritifs Bébé boit toujours un biberon de lait de croissance le matin, cela lui permet de prendre les vitamines et les minéraux qu’il ne trouverait pas dans son alimentation solide trop peu diversifiée et limiter la casse niveau prise de poids.

Lâcher prise

C’est difficile, on voudrait qu’il mange de tout, qu’il finisse tout son plat, qu’il veuille tout goûter, qu’il pique dans notre assiette, qu’il ait des petits bourrelets, alors on aurait tendance à forcer, à angoisser s’il ne mange pas, à contrôler frénétiquement sa courbe de poids. Mais nous essayons de laisser couler, pour ne pas faire de ce souci un problème insurmontable. S’il ne mange que fromage et dessert sur tout le repas c’est déjà ça, s’il refuse la viande mais mange l’accompagnement ou le contraire c’est quand même positif, s’il ne veut pas de son yaourt alors qu’il a bien mangé jusque-là ce n’est pas grave et s’il ne veut pas manger du tout ? Pas grave, il se rattrapera demain.

Avec ces repas miniatures et pas vraiment équilibrés l’IMC de Bébé M est plutôt alarmant. Mais il continue à grossir, même lentement et à bien grandir et se développer, donc pour l’instant nous n’envisageons pas un suivi particulier pour ce problème d’alimentation (notre médecin non plus). Nous espérons que bientôt il voudra de nouveau goûter à des nouveautés et qu’il s’alimentera mieux, peut-être que des repas en collectivités l’aideront pour cela, ça tombe bien, c’est bientôt la rentrée !

12 réflexions sur “Il mange mal, comment je gère

  1. Mes réflexions de maman dit :

    Tu as aussi les pates tricolores ou à la farine de lentille ou de pois chiches peuvent étre une façon d’apporter autre chose. Et les purées pomme de terre/courgettes fonctionnent pas mal aussi, on ne sent pas le gout de la courgette et la texture est à peu près similaire.
    On fait régulièrement des jus avec notre extracteur par ici, ça permet d’intégrer des aliment que chaton (et même nous) ne mange pas de plein gré cuisinés autrement, comme par exemple le chou kale, qu’on ne sent pas du tout (mais qui donne une couleur vert kaki pas forcément appétissante)

    J'aime

  2. enfancejoyeuse dit :

    Ce n’est jamais évident comme situation et je trouve que tu as de sacrées astuces dans tes bagages 😉
    Pour avoir rencontré plusieurs enfants qui vivaient ce même quotidien, le fait de manger tous ensemble et de « picorer » des petits légumes à table comme pendant l’apéro, a parfois pu aider les parents à glisser du vert dans l’assiette 😉
    A bientôt,
    Charlotte.

    J'aime

  3. Dinde De Toi dit :

    Parfois nous la nourrissons dans le jardin (des oeufs durs, du pain, de la galette etc) et ce changement de lieu lui est bénéfique : elle s’amuse, mange comme une goinfre pendant que nous picorons aussi. J’ai l’impression que l’envie de vadrouiller est tellement forte certains jours que l’appétit est relégué au second plan. Allier les deux peut être une solution 🤗.

    J'aime

    • happysunnybabies dit :

      Nous avons essayé de faire les repas sur la table basse pour qu’il puisse aller et venir entre ses jeux et son assiette et je crois que c’était pire… Dehors ça ne change pas grand chose pour nous malheureusement. Mais au restaurant il ne mange pas trop mal ce bougre 😀

      J'aime

  4. lafamilydemary dit :

    Ahlala je compatis, j’avais moi même écris un article sur cette thématique un peu plus tôt car c’est vrai qu’en tant que parent l’alimentation de son enfant est source d’angoisse. Les choses se sont peu à peu remises dans l’ordre chez nous mais avec une nette préférence pour les féculents et pas de pitié pour les légumes. Je trichais en mélangeant du brocolis bien cuit dans des pâtes sauce Pesto, des quiches au légumes avec du fromage ou bien de la moutarde pour que le plat soit relevé. En vacances, il a fallu s’armer de patience car Léa ne restait pas bien à table; elle avait trop hâte d’aller jouer avec ses cousins et cousines. Mais à notre retour à la maison le calme est revenu. Nous avons réussi à lui faire manger des haricots verts et avons théatralisé les « hmmm c’est bon » etc pour l’inciter. Lorsqu’elle les mettait en bouche, elle nous imitait. Pourvu que ça continue! Mais elle reste plutôt enthousiaste à l’idée de passer à table et mange relativement tout ce que nous mangeons.
    Bon courage

    J'aime

    • happysunnybabies dit :

      C’est hyper anxiogène comme sujet, surtout, comme chez nous, quand ça va de paire avec une courbe de poids en rase motte… C’est compliqué de savoir comment réagir et fatiguant de toujours devoir trouver des stratagèmes pour qu’il mange.

      J'aime

  5. mamanluju dit :

    Ici je vis la même chose avec mes deux enfants !!! On pensait que ce ne pouvait pas être pire après Lucas, mais sa sœur mange encore moins d’aliments que lui ! Les repas sont un calvaire. J’ai l’impression que l’on fonctionne un peu comme toi : on ne les force jamais (par contre, j’ai un peu peur que ce soit le cas à la cantine… et je trouve cela tellement contre-productif !), on essaie de les encourager, de leur donner envie, mais sans insister. On exige qu’ils restent à table et qu’ils suivent le cours du repas comme nous. Et on lâche-prise ! Et finalement, Lucas, depuis quelques mois, accepte plus facilement de goûter, mange de nouvelles choses… Donc on se dit que les choses évoluent et qu’il faut laisser l’enfant avancer à son rythme dans son alimentation.

    Il ne faut donc pas désespérer ! Bon courage quand même, car je sais que c’est difficile à vivre !

    Aimé par 1 personne

    • happysunnybabies dit :

      J’espère que les repas à la crèche pourront l’inciter à goûter de nouvelles choses, en voyant les copains faire ça lui donnera peut-être envie 😉 Là-bas non plus ils ne forcent pas donc ça me rassure, parce que je pense que ça ne ferait que renforcer son dégoût pour certains aliments et les repas deviendraient un mauvais moment, c’est pas le but.

      J'aime

  6. unemamanloutre dit :

    Notre fille qui n’a jamais eu un gros appétit ou une grosse curiosité pour la nourriture est aussi dans une phase un peu extrême de refus de la nourriture… Pour l’instant elle a encore ses biberons de lait infantiles mais dur de rester sereins ! Nous essayons de relativiser et avons un peu la même approche que toi mais j’espère que son rapport à la nourriture changera ! Nous adorons tous les deux manger et cuisiner et espérons vraiment lui transmettre cet amour de la nourriture !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s