Blues du déménagement

A la veille de quitter notre maison, j’avais besoin de poser quelques mots sur notre première demeure. Moins d’une semaine après l’avoir quittée, j’ai encore souvent le cœur qui s’envole vers notre désormais, « ancienne maison ». Alors ces mots n’intéresseront surement que moi, mais qu’importe, il me font du bien.

Cette maison je l’ai attendu longtemps, quand nous nous entassions dans notre 35 mètres carrés au 3ème étage avec une seule fenêtre. Je l’ai imaginée longtemps avant de la trouver. Elle était la concrétisation de tous mes rêves : devenir propriétaire, avoir un jardin, disposer d’un espace à rénover et où mettre notre patte, et surtout le lieu qui accueillerait notre famille. Je savais déjà, le jour de la première visite, que le grenier du garage deviendrait un jour la chambre de mon bébé. Alors quand nous avons signé l’acte de propriété, c’était comme si nous accédions enfin à notre rêve.

Dès notre arrivée nous nous sommes attelés aux rénovations. Nous en avons passé du temps à refaire chaque pièce l’une après l’autre, jusqu’à créer cette fameuse chambre dans le grenier durant l’été 2015. Après la naissance de notre tout petit, le prochain chantier devait être le jardin. Nous fourmillions d’idées pour lui, mais ces projets resteront dans nos têtes.

Alors à la veille de partir, c’est dur de dire au revoir à ma maison. De dire au revoir aux heures passées à la mettre à notre goût et de dire au revoir à nos projets pour elle. C’est difficile pour moi qui ai tant tendance à m’attacher aux choses, plus qu’aux gens puisque je n’ai finalement pas créé beaucoup de lien ici.

Et c’est difficile parce que je n’ai pas vraiment choisi de partir finalement. Quand nous avons acheté, je m’étais imaginée revendre une dizaine d’année plus tard, pas quatre ans. Et je pensais que ça serait pour nous rapprocher de nos familles, pas pour nous en éloigner encore plus. J’ai quand même sauté sur l’occasion de ce changement de vie qui se présentait comme une échappatoire à un travail qui ne me convenait plus. Mais si j’avais pu emmener ma maison, je l’aurais fait.

Emmener la chambre de mon tout petit surtout. Cette chambre créée de toute pièce, décorée avec soin, où tout a été choisi avec attention pour créer le premier cocon de Bébé M. Cette chambre où j’ai passé des heures à bercer, allaiter, consoler, veiller… et dont mon fils ne se souviendra même pas. Et puis, notre chambre aussi. Celle qui a hébergé les premières nuits de notre bébé, la première pièce que nous avons rénové, la plus grande chambre que je n’ai jamais eu et que je n’aurais sans doute plus jamais (18 m²!). Et puis l’environnement aussi, si on pouvait l’emmener avec nous. Le cadre calme et sans aucun trafic de notre rue, la vue sur la forêt derrière, la grande terrasse plein Sud. Cette maison tant appréciée.

Pourtant je la déteste aussi parfois. Je hais son plancher et son escalier qui grince alors que je viens de coucher mon petit. Je déteste sa cuisine rustique et mal conçue avec sa hotte dans laquelle je me cogne à chaque fois que je m’approche de la gazinière. Je maudis son grand jardin quand il faut l’entretenir et y passer la totalité du week-end. Il faudra que je tache de m’en souvenir quand la nostalgie viendra me cueillir.

20180512_131051-1600525327.jpg

Se le répéter comme un mantra

Mais je l’aime aussi profondément. C’est sans doute un peu bête mais c’est comme un premier amour, imparfait mais qu’on oubliera jamais. Ma première maison.

6 réflexions sur “Blues du déménagement

  1. lafamilydemary dit :

    oh comme je te comprend! Nous venons d’acheter notre 1er maison mais nous étions en location quand baby Léa est née. Nous avons de beaux projets aussi pour cette maison, elle n’est pas parfaite mais à notre gout. C’est clair que l’on s’attache à ça, je le suis également pour la maison de mes parents !

    J’aime

  2. mamanluju dit :

    C’est normal d’être nostalgique de sa maison, surtout quand on a fait beaucoup de choses dedans.

    Nous avons déménagé il y a un an, et quitter notre ancienne maison n’a pas été facile, même si c’était un choix. Mais cette maison, on l’avait rénovée, on avait redécoré chaque pièce à notre image et puis c’est là que nos enfants ont vécu leurs premières années et ça compte aussi ! On est très heureux dans notre nouvelle maison, plus grande, mieux agencée, plus au calme, mais parfois je repense à ces beaux moments vécus là-bas..

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s