Mi-cododo

Depuis quelques semaines, il se produit un étrange manège chez nous. Tous les soirs, j’endors Bébé M dans mes bras (oui encore). Après avoir lu une histoire et éteint la lumière, on se balance dans le fauteuil a bascule, au rythme de sa berceuse, jusqu’à ce qu’il s’endorme. Une fois dans les bras de Morphée je dépose mon tout petit dans son lit. Parfois, ça marche du premier coup, je dépose un dernier baiser sur son front et je m’éclipse discrètement ; parfois, il me rappelle une, deux, six fois, et je reviens autant de fois qu’il le faut pour le rassurer.

Après cet endormissement paisible mais fragile, je retourne vaquer à mes trop nombreuses occupations. Si Monsieur M est là, nous profitons de notre soirée tout les deux devant un bon film, puis nous montons nous coucher.

C’est environ quatre heure après l’avoir couché, que Bébé M profite de son lit ouvert pour faire une escapade nocturne. Il se glisse hors de son lit, trottine à petits pas de souris vers notre chambre, se hisse dans notre lit, s’allonge entre nous et après avoir soufflé un petit soupir de satisfaction, se rendors blotti contre nous.

Alors bien sur, on nous dit de tous côtés (famille, amis, connaissances…) que nous ne devrions pas le laisser faire. Qu’il faudrait le reconduire dans son lit à chaque fois, fermer à clé la porte de sa chambre, hausser le ton, sévir, punir. Mais non seulement cela ne fait pas parti de notre vision de l’éducation, mais surtout notre fils n’est pas le seul à apprécier ces moments de douceur dans le cœur de la nuit, nous aussi.

Monsieur M m’avoue parfois qu’il a l’impression de rattraper les journées loin de son fils en partageant ainsi une partie de ses nuits. Il serait même plutôt pour l’endormir directement dans notre lit, et faire de notre cododo partiel un cododo total. Mais j’ai le besoin, l’égoïsme peut-être, d’avoir des soirées libres, sans enfant, en couple quand Monsieur M est là. Alors que je partage déjà toutes mes journées avec mon petit bouchon, j’ai besoin de ces quelques heures le soir pour prendre du temps pour moi. Partager une partie de ma nuit (et une grande partie de mon lit!) ne me gêne pas, mais je sais que si Bébé M s’endort dans notre lit, il ne voudra plus y rester seul les quelques heures dont j’ai besoin pour me ressourcer, ni pour les siestes. Du moins pas pour l’instant.

point blur_may072018_2317501872488323..jpg

Nous avons donc trouver notre équilibre de cette façon, avec ce sommeil partiellement partagé, ce demi-cododo, ces petits pas de souris qui nous rejoignent dans la nuit. En conservant mes soirées égocentrées, le besoin de contact de Monsieur M avec son fils et le sentiment de sécurité de notre tout-petit.

Et finalement, ce n’est pas si mal (même si un peu encombrant) de dormir avec son grand bébé de 2 ans.

6 réflexions sur “Mi-cododo

  1. mamanluju dit :

    L’essentiel est que vous trouviez votre équilibre. Si cela vous convient à tous les 3, c’est parfait ! Personnellement, je trouve cela beaucoup mieux pour lui que d’être enfermé à clé dans sa chambre…

    Bonne soirée !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s