Je t’endors encore dans mes bras à 21 mois… et j’aime ça !

Depuis plusieurs mois déjà, tu as besoin d’aide pour t’endormir. J’ignore pourquoi mais je sais que je te dois cette présence. Alors je te berce, je te câline, je t’embrasse, je respire tes petits cheveux, je caresse tes mains, j’attends le sommeil avec toi.

Le soir comme pour la sieste, c’est toujours la même chose : après avoir éteint la lumière, allumé la veilleuse et remonté le mécanisme de la berceuse, bien installés dans notre fauteuil, on se balance calmement. Tu gigote un peu pour trouver ta position, tu ronchonne quand je veux poser ta tête ailleurs que sur ma poitrine mais c’est là que tu entend le mieux la douce berceuse que tu connais si bien après 30 mois. Ce boum-boum boum-boum qui t’apaise mieux que n’importe quelle musique.

Parfois, j’arrive à te déposer dans ton lit encore éveillé mais dans un état propice au sommeil : calme, apaisé, déjà recroquevillé dans ta position d’endormissement. Mais parfois tu te raidis dès que je me lève du fauteuil, tu rouspète un peu et te pelotonne contre moi encore plus fort. Au cas où je ne comprendrais pas le message tu serre tes petits bras autours de mon cou… inutile de résister, je me rassois dans le fauteuil et je reprend le bercement. Je ne me bat pas pour que tu t’endorme seul, je ne me bat plus du moins. J’ai essayé par le passé mais je sais aujourd’hui que c’est peine perdue. J’ai compris que l’endormissement forcé n’était pas bon pour toi, que le sommeil ainsi acquis était fragile, jalonné de réveils multiples, pas vraiment réparateur.

Alors oui j’ai mal au dos et au bras, je loupe la moitié du film du soir auquel je ne comprend donc rien, la vaisselle s’entasse inexorablement dans l’évier, le linge n’est plié qu’à 23h57… Mais finalement, quelle importance?

Je profite de ces moments, de ta respiration qui se calque sur la mienne, de l’apaisement qui te gagne, de l’abandon et de la confiance que tu trouves dans mes bras. Je me délecte de ces minutes volées à la nuit qui nous sépare. Je profite, car je sais que ça ne durera pas. Je sais que d’ici trop peu de temps tu n’aura plus besoin de mes bras et je me languirais de ces doux moments.

Alors dors contre moi mon tout petit, on est si bien ainsi.

20180122_1432052117854490.jpg

Une réflexion sur “Je t’endors encore dans mes bras à 21 mois… et j’aime ça !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s